Synode pour les jeunes

Réunion pré-synodale

lors que, ce 19 mars, s’ouvre à Rome le pré-synode des jeunes, La Croix publie des extraits de « Dieu est jeune », livre-entretien du pape avec le journaliste et écrivain Thomas Leoncini, véritable exhortation de François à la jeunesse.


Réunion pré-synodale(Mars 2018)

Le Pape invite les jeunes à parler avec franchise et liberté. L’Église veut écouter les jeunes, elle a besoin d’eux et les encourage à prendre la place qui leur revient: c’est en substance le message du Pape François à l’adresse des 300 jeunes venus du monde entier à Rome pour participer à la réunion pré-synodale organisée cette semaine par le Vatican.

Ce lundi 19 mars, au collège Mater Ecclesiae, le Saint-Père en personne a donné le coup d’envoi de cette rencontre préparatoire au prochain synode sur «les jeunes, la foi et le discernement vocationnel», prévu en octobre prochain.Après un temps de prière, et une allocution du cardinal Baldisseri, secrétaire général du synode des évêques, le Pape a débuté son intervention affirmant que la «jeunesse» n’existait pas, mais qu’il existait plutôt «des jeunes, leurs visages, leurs voix, leur histoire».

Il a ensuite rappelé comment, en divers moments de l’Histoire, Dieu avait choisi de parler à travers les plus jeunes, citant l’exemple de Samuel ou de David. «J’ai confiance que, en ces jours, Il parlera aussi à travers vous», a-t-il assuré aux jeunes participants, visiblement enthousiastes et très réactifs aux nombreux traits d’humour spontanés qui ont ponctué le discours du Saint-Père; un discours dont il est sorti à de nombreuses reprises, pour raconter des anecdotes, interpeller directement les participants ou prodiguer divers encouragements.

Prendre les jeunes au sérieux

Et François de poursuivre par un simple constat: «trop souvent on parle des jeunes sans les interpeller». Et pour certains, les «tenir à une distance de sécurité» serait une solution bien commode pour éviter leur provocations. Mais même «les meilleures analyses sur la question ne sauraient se substituer à la rencontre face-à-face», affirme-t-il: «il ne suffit pas d’échanger des petits messages ou de partager des photos sympathiques», - en référence aux pratiques en cours sur les réseaux sociaux notamment- , car les «jeunes doivent être pris au sérieux !»

François attire l’attention sur le paradoxe d’une culture actuelle qui, d’un côté, «idolâtre la jeunesse», mais de l’autre, dénie aux jeunes leur rôle d’acteurs. Le Pape déplore encore leur marginalisation de la vie publique, la solitude dans laquelle ils sont souvent laissés. «Il ne doit pas en être ainsi dans l’Église», avertit le Saint-Père, car l’Évangile nous demande au contraire de «nous rencontrer, de nous confronter, de nous accueillir, de nous aimer (…) de marcher ensemble et de partager sans peur». Cette réunion pré-synodale se veut être le signe de quelque chose de grand, certifie François: «la volonté de l’Église de se mettre à l’écoute des jeunes, sans exclusion».

Écouter le cri des jeunes

L’une des ambitions nourries par le prochain synode, est de développer les conditions pour un vrai accompagnement des jeunes. Cette assemblée sera également un appel à l’Eglise, afin qu’elle renouvelle son dynamisme de jeunesse. Le Pape a avoué avoir pris connaissance de plusieurs réponses au questionnaire adressé aux jeunes par le secrétariat du synode en vue de l’assemblée d’octobre, et s’est dit particulièrement frappé par «l’appel» lancé par certains jeunes aux adultes, leur demandant d’être proches, de les aider dans les choix importants de leur vie. Et le Pape de citer l’exemple d’une jeune fille qui soulignait l’absence de repères, ou encore les dangers qui guettaient la jeunesse: «l’alcool, la drogue, une sexualité vécue de manière consumériste», et qui lançait un appel à l’aide désespéré pour cette jeunesse en voie de désagrégation. «Je sens que cet appel est sincère et requiert de l’attention», a reconnu le Pape, et dans cette optique, l’Église doit «apprendre de nouvelles modalités de présence et de proximité».

Parler avec courage et en toute liberté

«Le cœur de l’Eglise est jeune parce que l’Evangile est comme une sève vitale qui la régénère continuellement», et il incombe à ses membres de «coopérer à cette fécondité», en allant de l’avant, en trouvant de nouveaux chemins, en étant créatifs, à l'instar des premiers chrétiens, en créant une culture nouvelle, dans le sillon de la Tradition. Et le Pape d’enjoindre avec chaleur les jeunes à oser, à risquer : «si on ne prend pas de risque, on ne mature pas, on vieillit, et on part à la retraite à 20 ans !» a-t-il lancé, au milieu des rires, regrettant la vieillesse prématurée de certaines communautés, trop craintives d'aller aux périphéries. «Nous avons besoin de vous les jeunes, pierres vives d’une Eglise au visage jeune, mais non maquillé (…) et vous nous poussez à sortir de la logique du ‘on a toujours fait comme ça’ », a-t-il poursuivi, plaidant au passage pourun dialogue intergénérationnel authentique et nécessaire, où les «rêves des ainés» nourriraient la «prophétie des jeunes».

Pendant une semaine, ces jeunes de tous horizons, catholiques engagés, non croyants, ou d’autres confessions, pourront s’exprimer, faire part de leurs attentes, de leurs désirs, de leurs doutes et préoccupations. À plusieurs reprises, au cours de son intervention, le Pape les a vivement exhortés à le faire «avec franchise et en toute liberté», soulignant l’importance de parler «ouvertement», «avec courage», les assurant que leur «contribution sera prise au sérieux».

Manuella Affejee - Cité du Vatican

Pape francoisOctobre 2018: Un synode pour les jeunes et les vocations

Le Vatican a rendu public vendredi midi 13 janvier le document préparatoire et le questionnaire adressé à toutes les conférences épiscopales en vue du Synode des évêques qui se tiendra en octobre 2018 à Rome sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ».

Dans la ligne du Synode sur la famille, le document est d’abord une invitation pour toutes les communautés chrétiennes à se mettre à l’écoute des jeunes, compris ici comme la tranche d’âge 16-29 ans. 

Ce synode propose à l’Église de se pencher sur la manière dont elle écoute et accompagne la jeunesse (Source: La croix)

Accompagner les jeunes

« L’Église a décidé de s’interroger sur la façon d’accompagner les jeunes à reconnaître et à accueillir l’appel à l’amour et à la vie en plénitude » « L’Église même désire se mettre à l’écoute de votre voix, de votre sensibilité, de votre foi ; voire de vos doutes et de vos critiques », écrit le pape François dans une Lettre aux jeunes publiée un peu plus tôt dans la matinée. « Faites entendre votre cri, laissez-le résonner dans les communautés et faites-le arriver aux pasteurs. »

« L’Église désire se mettre à l’écoute de votre voix, de votre sensibilité, de votre foi ; voire de vos doutes et de vos critiques » « Ce sont les paroles d’un Père qui vous invite à “sortir” pour vous lancer vers un futur non connu mais porteur de réalisations. »  « Je vous ai voulu au centre de l’attention parce que je vous porte dans mon cœur. Aujourd’hui même est présenté le document préparatoire, que je vous confie comme “boussole” tout au long de ce cheminement », explique le pape aux principaux concernés par cette nouvelle assemblée des évêques, organisée deux ans après celle réunie sur le thème de la famille.

Le questionnaire, envoyé aux conférences épiscopales, commence d’ailleurs par demander à chaque pays d’établir un profil de la réalité des jeunes dans leurs pays avant de les pousser à s’interroger sur la manière dont l’Église est à l’écoute de la jeunesse et d’analyser sa pastorale. L’ensemble du texte prend bien garde de s’intéresser à tous les jeunes, y compris ceux « qui ne fréquentent pas vos milieux ecclésiaux », souligne le questionnaire.

Un questionnaire sur Internet

https://survey-synod2018.glauco.it/limesurvey/index.php/147718

Le précédent sur la famille ayant mis en évidence les grandes différences culturelles entre continents, le questionnaire propose en outre trois questions spécifiques à chaque continent « afin de tenir compte des diverses situations continentales ». Pour l’Europe, elles portent ainsi sur la manière dont l’Église aide « les jeunes à regarder vers l’avenir avec confiance et espérance à partir de la richesse de la mémoire chrétienne de l’Europe », l’écoute du « potentiel de protestation » des jeunes qui « se sentent souvent mis à l’écart et rejetés par le système politique, économique et social dans lequel ils vivent » et les rapports intergénérationnels.

À ce questionnaire, s’ajoute une vaste consultation Internet « de tous les jeunes », « prévue par le biais d’un site Internet, comprenant un questionnaire sur leurs attentes et sur leur vie », annonce le Secrétariat général du Synode.

Ce sont les réponses à ces deux questionnaires qui serviront de base pour l’élaboration du Document de travail qui sera la référence du travail des évêques au Synode de 2018.

Synode 2018... — Pastorale des jeunes

« Il faut que nous marchions ensemble, maintenant, avec les jeunes », affirme le cardinal Lorenzo Baldisseri qui annonce que des jeunes participeront au synode en tant qu’auditeurs.

C’est ainsi que le secrétaire général du Synode des évêques explique les multiples initiatives de l’Église pour impliquer les jeunes à la préparation de la XVe Assemblée générale ordinaire sur le thème : Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel, prévue pour le mois d’octobre 2018.

Un séminaire international sur la situation des jeunes est organisé par le secrétariat du synode des évêques du 11 au 15 septembre 2017 « pour approfondir la réalité de la jeunesse d’un point de vue scientifique », précise le cardinal.

Marcher avec les jeunes, souligne-t-il, c’est « ce que le pape nous dit et ce que le synode veut dire ». « Nous, en tant qu’Église, nous devons être des compagnons, poursuit le cardinal Baldisseri, habiles, capables, préparés, mais à côté des jeunes. » Le cardinal souligne que les jeunes participeront au synode même en tant qu’ « auditeurs » : « Selon les statuts, explique-t-il, le synode est assisté par les pères synodaux. Mais nous avons une figure très importante: celle de l’auditeur… Nous essaierons d’élargir autant que possible la présence des jeunes. »

Les auditeurs sont ceux « qui participent », précise le cardinal, qui « ont le droit d’écouter et de participer aux sessions, et d’intervenir non seulement dans l’auditoire, mais surtout dans les petits cercles, c’est-à-dire dans les groupes d’étude. Ils seront à l’intérieur et pourront apporter leur contribution directe ». Le secrétaire du synode note « qu’il est clair » que les auditeurs compteront « non seulement des catholiques, mais aussi des représentants d’autres confessions chrétiennes, des représentants fraternels ».

Le séminaire, affirme le secrétaire du synode,  abordera les « thèmes fondamentaux pour nous aider, d’ici au synode des évêques, au moment de la rédaction de l’Instrumentum laboris ».

Le site web youth.synod2018.va, lancé en juin dernier, et son questionnaire ont le même objectif : « Nous utiliserons donc le site, dit le cardinal, les réponses que les jeunes ont directement données aux questions. » « Nous avons eu une très bonne réaction immédiate, poursuit-il, avec 130 000 interventions, et bien sûr, d’autres seront ajoutées. »

En ce qui concerne « un nouveau questionnaire », le cardinal estime qu’il « fait partie intégrante du document préparatoire ». Ce questionnaire, précise-t-il, « a été envoyé afin que les agents pastoraux du secteur puissent dialoguer et répondre après un examen minutieux, mais nous voulions impliquer les jeunes, directement ».

Date de dernière mise à jour : 22/03/2018