Le sacrement des malades

P. Alexandre DinetySacrement des malades

Dans l'Évangile, Jésus a une attention toute particulière pour les malades. La même attention incombe à toutes personnes (aux proches, aux voisins, aux chrétiens).
Ce sacrement, souvent mal connu, manifeste la sollicitude de Jésus envers les malades. II leur donne la force de lutter et la grâce pour supporter l'épreuve de la maladie, en union avec la Croix, la Passion et la Résurrection du Seigneur.
Ce sacrement apporte soutien et réconfort, et peut favoriser un retour à la guérison. II peut être proposé à l'occasion d'une maladie grave, à l'approche d'une intervention chirurgicale, ou si l'âge se fait plus pesant. Ce n'est pas le sacrement des mourants !

Comment recevoir le Sacrement des malades ?
Le sacrement peut être administré sur demande à la maison du malade, à l'hôpital, au cours d’une célébration communautaire organisée à la maison de retraite, ou sur la paroisse. En parler aux personnes qui visitent les malades dans ces différents lieux ou en faire la demande directement au prêtre.

Le Père BOUVARD passe souvent dans les maisons de retraite. Pendant le temps de Carême, il se rend particulièrement disponible pour le sacrement des malades. Il se souvient volontiers de sa maman quand elle était en maison, avec les personnes qu’il visite.” « Ma mère et sa copine avaient beaucoup d’humour : Elles s’embrassaient par l’intermédiaire de leurs fauteuils roulants respectifs, petit signe quand elles ne pouvaient pas s’approcher suffisamment, qui disait leur union et leur amitié profondes ! Accepter que nous baissions... Souvent je dis aux personnes :“ non vous n’êtes pas inutile. Vous pouvez faire quelque chose même si ce n’est pas grand-chose. En maison de retraite, il est nécessaire d’être attentif à chacun, ma mère par exemple voulait choisir ses vêtements du lendemain, elle ne voulait pas non plus qu’on lui mette la “tenue de soirée” à quatre heure de l’après midi… C’était une question de dignité » Magland, Marnaz, Cluses, des équipes sont présentes et font un travail remarquable pour que le lien continue. « Entendre les personnes âgées… A travers leurs rencontres, retrouver l’histoire de la paroisse. Il y a de toutes petites choses qui relèvent : quand j’entends une personne me dire qu’elle ne sert plus à rien, je lui réponds « vous pouvez toujours prier pour nous, ça vous fera du bien et à nous aussi ». Voila une belle motivation.

Vous pouvez contacter le Père Charles ou un autre prêtre par le centre paroissial : 04 50 98 08 83

je suis malade, je suis proche de quelqu'un de malade...

LA COMMUNION DES MALADES 

aides-aux-malades.jpgPorter la communion à un malade est un geste de foi et une démarche fraternelle de la communauté eucharistique envers ses membres absents : un membre de l’assemblée eucharistique apporte à celui qui ne peut y participer le réconfort de la Parole et la pain ou le vin eucharistique partagé dans l’assemblée.  De cette manière, le malade reste uni à cette assemblée et il est soutenu par ce geste de fraternité chrétienne.

Pour mettre en relief la relation de la communion aux malades avec l’assemblée qui célèbre , on peut :

- Les nommer à la prière universelle ;Inviter ceux qui porteront la communion à venir près de l’autel ;
- Proposer aux fidèles de leur rendre visite prochainement

(…) on peut porter la communion à l’heure qui convient au malade. (…) si un malade ne peut communier sous l’espèce du pain, on peut lui donner l’eucharistie sous l’espèce du vin.
On portera l’eucharistie dans une custode ou par un autre moyen approprié :
(…) en préparant la chambre du malade, on veillera à disposer une table recouverte d’une nappe, à l’endroit le plus favorable pour la participation du malade et de son entourage. On aura soin surtout de donner à la célébration un aspect de fête, de beauté, de joie (nappe, lumière, fleurs…) Dans la mesure où c’est la coutume, on placera sur la table des cierges et de l’eau bénite

Parfois, la communion pourra être donnée au cours d’une messe. (…) célébrée au domicile du malade, pour des membres  de la famille groupés autour du malade ou des personnes agées qui ne peuvent sortir de chez elles et ne peuvent jamais participer à la célébration de l’Eucharistie. Peuvent s’y unir également leurs proches et ceux qui le soignent. 

DONNER LA COMMUNION AUX MALADES

1. Comment et quand porter la communion aux malades ?

 Pour porter des hosties consacrées aux malades, on utilise une petite boite ronde en métal précieux appelée custode. Il est préférable d'aller porter la communion aux malades le dimanche après la messe paroissiale. En effet, le dimanche est le Jour du Seigneur et porter la communion ce jour-là permet au malade de se sentir en lien plus étroit avec sa communauté. 

2. Comment donner la communion à des personnes qui ne peuvent pas se déplacer ?

Pour donner la communion à un malade : 

  • On pose l'eucharistie, placée dans une custode, sur la table qui a été préparée avec un tissus blanc et un lumignon.
  • On peut faire spontanément une prière d'accueil
  • On invite le malade à la pénitence en disant "Reconnaissons que nous sommes pécheurs" et on récité avec lui le "Je confesse à Dieu"
  • On lit un texte d'Évangile, par exemple celui du dimanche.
  • On peut exprimer des intentions de prières
  • On dit ensemble le "Notre Père"
  • On présente l'hostie en disant "Heureux les invités au repas du Seigneur. Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde"
  • Le malade dit "Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dit seulement une parole et je serai guéri"
  • On donne l'hostie en disant "Le corps du Christ" - "Amen"
  • On peut faire spontanément une prière d'action de grâce et dire le "Je vous salue Marie" 

Que dit l'Eglise sur les sacrements des malades ?

Notes doctrinales et pastorales

LES MALADES 

1. Dans un monde affronté à la maladie

      L’existence de la souffrance est une des grandes questions posées à la conscience des hommes ; elle est parfois perçue comme un scandale. Cette souffrance revêt des formes diverses, la maladie n’est qu’une de ses formes. Mais surtout, si elle est grave, elle prend un relief particulier : elle rappelle que la condition mortelle est une dimension de la vie humaine.

      Mais le malade ne doit pas être considéré comme un être à part. Car il est dans le plan de Dieu que l’homme lutte de toutes ses forces contre la maladie, qu’il poursuive ce bien qu’est la santé afin de pouvoir accomplir intégralement sa tâche dans la société et dans l’Eglise

      La lutte contre la maladie n’appartient pas aux seuls malades. Ceux qui sont au service des malades doivent étudier ce qui peut être fait, expérimenté et tenté pour soulager leur corps et leurs esprits. Les initiatives de la science et de la technique au service de la vie, les efforts et la compétence déployés au bénéfice des malades, l’Eglise les considère comme une certaine participation au ministère du Christ soulageant les malades, que ces efforts soient, ou non le fait de chrétiens.

2. Le chrétien, avec le Christ, face à la maladie

      Atteint par la maladie, le chrétien partage la condition humaine. Avec la lumière de la foi, il se sait encore aimé par le Christ : celui-ci, durant sa vie mortelle, a si souvent visité et guéri les malades ; il a refusé qu’on les tienne à l’écart, il est lui-même passé par l’épreuve de la souffrance, annonçant aux hommes jusque sur la croix, le vrai visage de Dieu. Un Dieu qui n’est pas lointain mais qui est devenu en tout solidaire de l’homme sauf du péché.  (…) dans sa foi au Dieu de Jésus Christ, le chrétien puise une lumière pour sa vie affrontée à la souffrance ; il trouve aussi plus de courage pour la supporter et pour lui faire face en communion avec le Christ. Mais cette foi est souvent affrontée à de nombreuses questions ; elle a besoin d’être fortifiée.  (…)

3. La communauté chrétienne et les malades

      L’attitude du Christ à l’égard des malades est pour les chrétiens comme un appel : le Christ convie ceux qui leur apportent soulagement physique et réconfort spirituel à être attentif à la personne tout entière.
      Dans le corps du Christ qu’est l’Eglise, « si un membre souffre, tous partagent sa souffrance » (1Co 12,26)Aussi, tous les baptisés ont-ils à cœur de participer à ce service de charité mutuelle au sein du corps du Christ. (…)
      Par ailleurs, lorsqu’elle célèbre le sacrement des malades, la communauté chrétienne est appelée à reconnaitre le vrai visage de Dieu qui s’est révélé à l’homme en devenant solidaire de lui jusque dans la souffrance.

      (…)      

Auprès des  malades, la famille, l’entourage et le personnel soignant, selon les cas, ont un rôle privilégié.
  - Vivre avec le malade, reconnaitre les implications personnelles et familiales…
  - Susciter des liens entre le malade et ceux qui peuvent favoriser son épanouissement…  
- Soutenir la foi du malade, en acceptant de dialoguer librement sur les réalités de sa vie, en partageant éventuellement avec lui la Parole de Dieu, en lui facilitant la prière et l’accès aux sacrements…

      Les prêtres, d’autre part, se souviendront que leur charge leur fait un devoir de visiter les malades et de leur apporter leur soutien (…)

4. Sur les chemins des malades : les sacrements

      Le malade, atteint par l’épreuve de la maladie et luttant contre elle, est aidé de multiples manières par son entourage, le personnel soignant, et la communauté chrétienne
Parmi  ces gestes d’aide et de soutien, des signes particuliers lui sont proposés, qui attestent d’une manière spéciale l’amour de Dieu pour lui et agissant en lui : les sacrements

-          La visite des malades : la rencontre gratuite de personne à personne, est pour les malades, un lieu de dialogue et d’amitié, un moyen d’insertion sociale, voire un temps de réflexion sur leur vie et de rencontre avec Dieu.
-          La communion des malades : le malade est empêché de participer à l’assemblée eucharistique. Celle-ci, en la personne du prêtre ou de laïcs, vient jusqu’à lui pour lui apporter le réconfort de la Parole proclamée dans l’Assemblée et du Pain qui fait vivre
-          L’onction des malades : à ceux qui sont atteints sérieusement par l’âge ou la maladie, un nouveau signe d’espérance est proposé : l’imposition des mains et l’onction des malades, qu’accompagne la prière de la foi, exprimée par toute l’assemblée. Quand il est accueilli dans la foi de l’Eglise, ce signe est puissance de réconfort, soutien dans l’épreuve et ferment pour triompher de la maladie si Dieu le veut
-          Le viatique. Quand l’heure vient pour le chrétien de passer de ce monde au Père, les chrétiens entourent leur frère et prient avec lui. Pour ce passage, ils lui offrent le Pain de la Vie, Celui qui a vaincu la mort et fait briller la vie.
-          La recommandation des mourants : à celui qui arrive aux dernières heures de sa vie terrestre, un dernier témoignage  d’amour est donné : celui d’une présence fraternelle, celui d’une prière confiante en la miséricorde de Dieu

5. Un rituel à adapter à chaque malade

      Le ministre tiendra compte des besoins des circonstances, mais aussi des désirs des malades et des autres fidèles (…)
      Dans la majeure partie des cas, les sacrements sont donnés hors du cas d’urgence…
      La célébration de chacun des sacrements sera à la fois simple et vraie, priante et imprégnée d’espérance et de foi. Il s’agit toujours d’une rencontre avec le Seigneur au sein de l’Eglise

Les paroles du rituel :

le prêtre prend de l'huile des malades et en fait une onction sur le front puis sur les mains en disant :

.. Par cette onction sainte, que le Seigneur en sa grande bonté vous réconforte par la grâce de l'Esprit Saint. (...)
... Désormais la force de Dieu agit dans votre faiblesse. remercions le Seigneur. recueillons nous et prions en silence... 

Prière pour demander le réconfort après le sacrement :

Seigneur Jésus Christ, 
toi qui as voulu connaitre notre condition d'homme
pour relever les malades et sauver les pécheurs
regarde ... qui attend de toi la santé de l'âme et du corps.
Nous venons de lui faire en ton nom l'Onction sainte :
que ta puissance lui redonne vigueur,
que ton soutien le réconforte
qu'il soit victorieux de son mal.
donne lui de conserver l'amour dans son épreuve
comme tu l'as fait toi même dans ta passion.
Toi qui vis pour les siècles des siècles ... Amen
Père tout puissant,
éternelle guérison de ceux qui croient en toi.
Nous te prions pour ... éprouvé par la maladie.
Qu'il retrouve la santé
Qu'il reprenne sa vie normale
et qu'il puisse avec un coeur renouvelé
te rendre grâce dans l'assemblée de tes fidèles.
Par Jésus christ notre seigneur, Amen !

pour une personne agée :

 Seigneur notre Dieu,
... Affaibli par l'âge et les infirmités
a demandé pour son âme et pour son corps,
le secours de ta grâce.
Dans le sacrement des malades,
Tu lui as donné la force de l'Esprit saint;
Continue de le soutenir

qu'il demeure ferme dans la foi !
inébranlable dans l'espérance;
Qu'il donne à ses proches
le témoignage du courage paisible,
et manifeste dans la joie
Le rayonnement de ta charité
Par Jésus le Christ, notre Seigneur Amen 

La visite des malades

Tous les chrétiens ont à partager  l’attention et l’amour du Christ et de l’Eglise pour les malades. Ils sont donc invités à prendre soin, chacun selon ses possibilités, de ceux que la maladie a frappés, à leur rendre visite, à les réconforter dans le Seigneur, à leur apporter une aide fraternelle, pour tout ce dont ils ont besoin.

(…) en particulier, celui qui est malade ne sera pas pour eux d’abord un malade, mais une personne : une personne affectée sans doute par la maladie, mais appelée elle aussi, à maintenir et développer une vie de relation et d’échanges ; une personne invitée comme chaque être responsable à assumer sa vie et à faire face aux difficultés ; une personne conviée comme tout chrétien à faire de sa vie une réponse personnelle  aux appels de Jésus Christ ;

      Une découverte du sens de la vie

Un des services à rendre est alors de faire entendre une parole de foi sur la vie des personnes qui sont malades (…) cheminer avec chacun, et l’aider à partir de son histoire, à faire une lecture de sa propre vie, à donner un sens positif à sa situation nouvelle et à s’ouvrir aux réalités de la foi

      Une rencontre de Jésus Christ dans l’épreuve

Les malades aussi ont besoin d’être encouragés par d’autres. C’est ainsi qu’ils arrivent progressivement dans la foi à vivre leur situation en communion avec le Christ, qui donne sens et valeur à toute vie chrétienne.  Cette démarche suppose souvent du temps.  (…)

      Une démarche de prière

Certains malades rencontrent des difficultés à prier. Cela peut être du par exemple à la faiblesse physique ou psychique causée par la maladie et les calmants ; ou encore à une fausse image de Dieu ou de la prière.
Faciliter aux malades cette démarche de la prière, propre à tout chrétien, est aussi un service fraternel. (…)

      Une rencontre avec le Christ à travers les sacrements

Dans cet itinéraire spirituel du malade, la rencontre avec le Christ à travers les sacrements de l’Eglise prend alors tout son sens.
les chrétiens, prêtres et laïcs, veilleront aussi à préparer progressivement les malades à participer, chacun selon son rythme propre, aux sacrements de Pénitence et d’Eucharistie, et surtout à recevoir l’onction des malades ou le viatique.

Textes bibliques pour la prière avec les malades

Par exemple un psaume :

Psaume 24 - Dans ton amour ne m’oublie pas !

Vers toi Seigneur j’élève mon âme

Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve.

Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse
ton amour qui est de toujours.
Oublie les révoltes, les péchés de ma jeunesse ;
dans ton amour, ne m’oublie pas.

Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
Sa justice dirige les humbles,
Il enseigne aux humbles son chemin.

Les voies du Seigneur sont amour et vérité
pour qui veille à son alliance et à ses lois.
Le secret du Seigneur est pour ceux qui le craignent
à ceux là il fait connaitre son alliance

J’ai les yeux tournés vers le Seigneur
Il tirera mes pieds du filet
Regarde et prends pitié de moi
de moi qui suis seul et misérable

Une lecture de l’ancien testament :
Isaïe 61, 1-3a

L'esprit du Seigneur est sur moi
parce que le Seigneur m'a consacré par l'onction.
Il m'a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres,
guérir ceux qui ont le coeur brisé,
annoncer aux prisonniers la délivrance
et aux captifs la liberté,

annoncer une année de bienfaits,
accordée par le Seigneur,
et un jour de revanche pour notre Dieu.

Alors, tous ceux qui pleurent, je les consolerai.

Au lieu de la cendre de pénitence,
je mettrai sur leur tête le diadème ;
ils étaient en deuil,
je les parfumerai avec l'huile de joie ;
ils étaient dans le désespoir,
je leur donnerai des habits de fête.

Un passage de St Paul

Frères,
tous ceux qui se laissent conduire
par l'Esprit de Dieu,
ceux-là sont fils de Dieu.

L'Esprit que vous avez reçu
ne fait pas de vous des esclaves,
des gens qui ont encore peur ;
c'est un Esprit qui fait de vous des fils ;
poussés par cet Esprit,
nous crions vers le Père
en l'appelant : « Abba ! »

C'est donc l'Esprit Saint lui-même
qui affirme à notre esprit
que nous sommes enfants de Dieu.

Puisque nous sommes ses enfants,
nous sommes aussi ses héritiers ;
héritiers de Dieu,
héritiers avec le Christ,
si nous souffrons avec lui
pour être avec lui dans la gloire.

Les béatitudes

Matthieu 5,1-12

Quand Jésus vit la foule, il gravit la montagne.
Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent
Alors, ouvrant la bouche, il se mit à les instruire. Il disait :
« Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux !  
Heureux les doux : ils obtiendront la terre promise !
Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés !
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice : ils seront rassasiés !
Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde !
Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu !
Heureux les artisans de paix : ils seront appelés fils de Dieu !
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le Royaume des cieux est à eux !
Heureux serez-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute et si l'on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! C'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.

Date de dernière mise à jour : 18/01/2019